750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 19:45

Je ne vous apprendrai rien sur la fête des mères que vous ne sachiez déjà.

Wikipédia vous en apprend davantage que je ne pourrai le faire.

Je peux simplement vous en parler d'une manière plus spirituelle puisque la "patronne" des mamans n'est autre que MARIE (patronne des mères et des futures mères)

 

Toujours d'après le livre de Jean-Robert Maréchal "Les saints patrons protecteurs"

 

Marieétait une jeune fille juive, fille de saint Joachim et de sainte Anne. Lors de sa conception, Dieu la préserva de toute trace de péché originel (l'Immaculée Conception, fêtée le 8 décembre)    marie.JPG                                                      

 

Sa naissance , célébrée par l'Église le 8 septembre, aurait eu lieu à Sepphoris ou à Nazareth.

La tradition penche plutôt pour Jérusalem, en un lieu proche de la piscine de Béthesda.

Celle-ci est située près d'une porte que les musulmans appellent aujourd'hui encore Bah Sitti Maryam, la Porte de la Vierge Marie.

 

Elle aurait été une enfant pleine de promesses pour ses parents qui avaient attendu longtemps avant de pouvoir obtenir une descendance. Le 21 novembre, l'Église commémore sa présentation au Temple, mais nul ne sait à quelle occasion exactement.

D'après des écrits apocryphes, elle demeura dans l'enceinte du Temple et fut élevée au milieu d'autres enfants juifs.

A l'âge de 14 ans, elle fut fiancée au charpentier Joseph, qui avait été désigné au grand prêtre par un miracle.

Alors qu'elle était encore fiancée, elle reçut la visite de l'archange Gabriel.

Et le reste...l'église vous le racontera mieux que moi.

 

Marie vécut la vie de n'importe quelle femme juive du peuple. Certains se focalisent sur Notre-Dame glorifiée en tant que reine des Cieux ou actrice des grands mystères de la vie de son Fils et oublient qu'elle mena la vie quotidienne d'une femme juive de l'époque.

 

Les titres grandiloquents qu'elle porte, les efforts désespérés des écrivains et des prédicateurs pour glorifier la Mère de Jésus risquent de nous faire oublier l'épouse de Joseph le charpentier.

 

Marie était également la femme d'un ouvrier. Ses mains étaient abîmées par le travail, ses pieds nus étaient poussiéreux, non pas de poudre parfumée mais de la poussière cuisante des chemins de Nazareth qui conduisaient aux puits, aux oliveraies, à la synagogue.

 

Trente ans plus tard, ces mêmes pieds, toujours fatigués et pousséreux, suivaient la vie publique de son Fils divin: des réjouissances des noces de Cana à Son abandon et à Sa désolation au mont Calvaire.

 

Une maman avant tout.

 

Je souhaite une fête pleine de tendresse et d'affection à toutes les mamans !

 

A cette occasion, n'oubliez pas les coffrets cadeaux du site http://jardins-monasteres.com

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:42

Si vous êtes de passage à Cannes pour le festival de Cannes où si vous décidez de prendre vos vacances d'été aux alentours de Cannes, n'hésitez pas ! Faites une petite visite à l'abbaye de Lérins sur l'île de St Honorat ( vous pouvez vous y restaurer)

 

Une paix, un silence, une dégustation de vins prodigieux ( à découvrir également sur les meilleures tables de la côte d'Azur : La Colombe d'Or,Le Majestic, Le Martinez, Le Mas d'Artigny, Le Negresco, Le Café de la Paix à Paris etc...)

 

Vous aurez peut-être la chance de rencontrer frère Marie-Pâques qui vient de publier un excellent livre sur son parcours et son expérience de moine économe, de chef d'entreprise etc... 

 

Un petit aperçu de l'île :

 

A 20 minutes au large de la baie de Cannes, l’île Saint Honorat, située entre bleu et turquoise, est un petit jardin verdoyant que les anciens avaient dénommé Lérina. Elle abrite, depuis 16 siècles, le monastère de la Congrégation des Cisterciens de l’Immaculée Conception. 25 moines habitent ce paradis de soleil, joyau de verdure, de fraîcheur et oasis de silence.

Chaque jour, les frères de Lérins vous invitent à découvrir ces lieux voués au recueillement et à la prière liturgique. Vous pourrez également constater que les moines y ont fortement développé leur vignoble, qu’ils cultivent avec art et passion depuis le Moyen Âge, et qu’ils se sont ouverts au tourisme, en réaménageant leur restaurant « La Tonnelle » qui vous propose une carte originale et des produits de qualité.

En savoir plus sur L'abbaye de Lérins

 

Pour vous y rendre de Cannes : compagnie Planaria

 

Bonne visite !

Partager cet article

Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 18:06

Encore une recette de frère Victor-Antoine d'Avila Latourrette tirée de l'excellent livre "Dans la cuisine du frère Victor-Antoine"  en vente sur notre site http://jardins-monasteres.com

 

Pour 4 personnes :

 

500 ml d'eau

2 l d'oseille coupée finement                                               livre val                                                    

3 à 4 c. à soupe d'huile d'olive

1 oignon moyen émincé

2 jaunes d'oeuf, battus                                                

250 ml de sauce béchamel

50 g de fromage râpé

 

 

Dans une grande casserole , porter l'eau à ébullition.

Ajouter l'oseille et bouillir au plus 2 à 3 mn. Égoutter complètement l'oseille.

Verser l'huile dans une poêle et faite revenir les oignons à feu moyen environ 2 mn jusqu'à ce qu'ils commencent à dorer.

Battre les jaunes d'oeuf et les ajouter à la béchamel. Bien mélanger. Ajouter l'oseille bien égouttée et les oignons et mélanger soigneusement.

Verser le mélange dans un plat de cuisson bien graissé et saupoudrer de fromage de votre choix sur toute la surface.

Cuire au four à 180° environ 15 mn.

Le plat est prêt lorsqu'il atteint une consistance épaisse et uniforme.

Servir chaud.

 

Bon appétit !

Partager cet article

Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:31

Un petit rappel tiré du livre de Bernard Collignon "Le petit livre des grandes fêtes religieuses"

 

Qu'est-ce que l'ASCENSION ?

 

Poursuivant la chronologie du récit évangélique, l'Ascension célèbre la remontée du Christ aux cieux, d'où "il reviendra à la droite du Père pour juger les vivants et les morts"

Quarante jours après Pâques, il annonce le retour de l'Esprit-Saint, traditionnellement 3ème personne de la Sainte Trinité. Le Christ servira si l'on peut dire de médiateur auprès de son Père, afin d'apaiser son courroux...

 

Rites :

Les ornements sacerdotaux sont de couleur blanche. Pour commémorer la disparition corporelle du Christ, on éteint le cierge qui avait été allumé le jour de Pâques.

Partager cet article

Repost0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 13:28

Ah oui...ces fameux SAINTS DE GLACE !

On y croit, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout...c'est comme les marguerites, on arrête de l'effeuiller quand ça nous arrange !

 

Un peu d'histoire (comme d'habitude...non, non, vous n'y échapperez pas) !

 

Toujours extraite du livre " Les Saints Patrons protecteurs" de Jean-Robert Maréchal voici l'histoire de St PANCRACE ou BRANCAÏ (Provence), BRANCAZIU (Corse)

Fête le 12 mai

 

 

Parce qu'il mourut adolescent, saint PANCRACE est le patron des enfants ( étonnant non ?).

 

 A Rome, on amène les nouveaux baptisés à son tombeau. Il est le patron de ceux qui promettent ( il y en a beaucoup !) jurent ou prêtent serment.

Il est également patron des bandits corses ( Euh...oui ?!)

 

Garçon venu de Phrygie à Rome, il s'y convertit à l'âge de quatorze ans. Arrêté sous Dioclétien, il fut décapité en 304. Il fut enseveli au bord de la voie aurélienne et vers 500, le pape Symmaque éleva sur sa tombe une église.

 

Son culte s'étendit jusqu'en Angleterre où saint Augustin lui dédia une église à Canterbury.

 

En Corse, saint PANCRACE, di Brancaziu, a toujours été honoré avec une très grande dévotion ; de nombreuses paroisses se placèrent sous sa protection et on lui consacra beaucoup de chapelles et oratoires champêtres.

San BRANCAZIU fut le grand saint patron des bandits corses.

L'origine de ce patronage tient peut-être à ce rapport avec la mort que le saint entretient avec les vivants.

 

Mais on sait aussi que, selon la tradition, saint PANCRACE est invoqué contre le parjure. Grégoire de Tours raconte comment tout faux témoin qui s'approchait de ses reliques sentait sa main se dessécher avant de tomber raide mort.

 

Saint PANCRACE est le deuxième des trois saints de glace (j'aurais dû commencer par le premier !) avec MAMERT et SERVAIS.

 Basé sur une vieille croyance reposant sur des observations dans les champs et les vignes, il est tous les ans une question qui revient et fait référence au SAINTS DE GLACE et aux variations climatiques de cette période.

 

La trilogie de ces saints que sont saint MAMERT, saint PANCRACE et saint SERVAIS a disparu du calendrier au 11, 12 et 13 mai, et a été remplacée par celle de sainte Estelle, saint Achille et sainte Rolande. Cette substitution fut terminée lors du dernier concile de l'Eglise catholique en 1960 qui "nettoya" le calendrier de tous les personnages donnant lieu à des pratiques rituelles peu conformes avec la liturgie et considérées comme entachées de fond païen.

 

C'est ainsi que nos "SAINTS DE GLACE" furent rayés au même titre que les guérisseurs, chercheurs d'objets perdus ou encore faiseurs de temps...

 

Allez...on plante ou on ne plante pas ?!

Bonne chance à tous !

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 16:26

Aujourd'hui St Marc et un temps exécrable sur l'ensemble de la France ! 

Non je ne vais pas vous faire un cours sur la météo ! Juste un petit rappel de qui est Marc et ensuite...une recette de soupe de frère Victor-Antoine

 

(voir dans recettes : Crème aux choux de Bruxelles)

 

Toujours tiré du livre "Les Saints Patrons protecteurs" de Jean-Robert Maréchal

 

St MARC

 

Fête le 25 avril.

 

Selon la tradition, l'évangile de Marc est un récit fidèle des mémoires du Christ par saint Pierre. Pour cela, les notaires l'ont pris pour patron.

Les éleveurs de bétail, en Espagne, l'ont officiellement pour patron depuis la déclaration de Pie XII en 1951. Il est également un des patrons des vitriers, des interprètes et des pharmaciens, sans que l'on sache très bien pourquoi.

Evangélisateur et premier évêque d'Alexandrie, il est le patron de l'Egypte. Il est également premier patron de Venise.

 

Second dans l'ordre des évangiles synoptiques, son livre, en mauvais grec, fut composé très tôt à Rome, selon les données orales de saint Pierre, sans doute avant 70. L'auteur en serait le jeune Jean, surnommé Marc, fils de Marie chez qui la première communauté chrétienne de Jérusalem se réunissait pour prier (actes XII.12).

Il accompagne Paul et Barnabé dans leur mission à Chypre. Peu après, il refuse de suivre Paul, en partance pour l'Asie Mineure. Il préfère rentrer à Jérusalem.

Saint Paul lui en voudra, un moment, de ce lâchage : il préfèra se séparer de Barnabé, plutôt que de reprendre Marc ( acte XV. 39). Mais Marc se racheta et deviendra le visiteur du vieux prisonnier que fut Paul à Rome. Dans le même temps, saint Pierre le traite comme un fils ( 1re lettre de Pierre 5. 13). Beaucoup considèrent que saint Marc fut l'évangélisateur de l' Egypte et le premier évêque d'Alexandrie, bien qu'il n'en existe aucune trace. Seules restent quelques légendes, dont celle de sa mort qui est à l'origine du choix du boeuf pour le symboliser.

Les habitants päiens de la ville ayant appris la présence d'un Galiléen, qui méprisait les sacrifices à leurs dieux, lui tendirent des pièges. Saint Marc, en ayant été instruit, ordonna évêque Anianus, et partit pour la Pentapole, où il resta deux ans, après lesquels il revint à Alexandrie.

Il y avait fait élever une église sur les rochers qui bordaient la mer, dans un lieu appelé Bucculi ; il y trouva le nombre des chrétiens augmentés.

Or les prêtres des temples cherchèrent à le prendre. A deux reprises il lui attachèrent une corde au cou et le traînèrent par toute la ville en criant : Traînez le buffle au Bucculi.

Il expira la 2ème fois en rendant grâce à Dieu.

C'était sous Néron, vers l'an 60. D'autres affirment que son corps serait à Venise. Il n'existe, là aussi, aucune preuve que cela soit vrai.

En tout cas, il fut un fidèle secrétaire pour saint Pierre dont il rédigea les Mémoires, qui sont l'évangile selon saint Marc, à l'intention des Romains.

Aujourd'hui encore, le chef de l'église copte orthodoxe, le pape Shenouda III, se considère comme le 117 ème patriarche du siège de saint Marc, dont les reliques, longtemps conservées à Alexandrie puis volées par des Vénitiens en 829, ont été en partie restituées à l'Egypte par le pape de Rome Paul VI, en 1968.

Elles sont aujourd'hui vénérées dans la grande cathédrale Saint-Marc ( la Morqossieh) du quartier de l'Abbassieh, au Caire. 

Partager cet article

Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 17:50

Même si aujourd'hui le temps nous prouve le contraire, le calendrier sous les yeux, je vous confirme que nous sommes bien au printemps et qui est le saint patron des jardiniers ?!

Ne donnez pas votre langue au chat, un coup de griffe et c'est vite fait !

SAINT FIACRE.

 

Mais qui est vraiment St FIACRE ?lilas.JPG

 

Je vais vous raconter l'histoire de ce saint tirée du livre "Les Saints Patrons protecteurs" de Jean-Robert Maréchal

 

C'est parcequ'il vivait en autarcie au milieu d'une forêt qu'il est devenu le patron des jardiniers et des horticulteurs, mais aussi des cueilleurs de champignons.

Il fut patron des conducteurs de "fiacres" ; par extension, il est devenu aujourd'hui patron des chauffeurs de taxi. Sans que l'on sache très bien pourquoi, il est le patron des étameurs et des potiers d'étain.

 

FIACRE fut, avec StColomban, Kilien, Brandan, Gall, Potentien, Deicole et bien d'autres, un de ces moines irlandais qui émigrèrent en France au VIème et VIIème siècle.

Il se rendit chez St Faron, évêque de Meaux, qui lui cèda dans la forêt de Breuil, une clairière où il s'installa comme ermite. Là, il consultait et guérissait. Il finit par acquérir une grande notoriété et dut construire un hospice pour héberger et soigner ses nombreux visiteurs.

 

St FIACRE était très populaire quand il mourut, vers 670 (je ne l'ai pas connu !). Les pèlerins affluèrent sur son tombeau d'où il continuait à guérir. Ceux qui souffraient du mal de saint Fiacre, nom donné depuis aux hémorroïdes, s'asseyaient sur la pierre qui servait de siège au saint de son vivant.

 

En 1637, Anne d'Autriche vint lui demander d'avoir un enfant mâle ; l'année suivante, le futur Louis XIV naissait. Ce fut à cette époque qu'un parisien appelé Sauvage imagina de remplacer les chaises à porteurs par des "fiacres". Il est honoré comme le patron des jardiniers.

On le représente d'ordinaire en moine, une bêche à la main.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 14:12

Pour terminer les repas des fêtes de Pâques je vous propose un grand classique, une recette de frère Victor-Antoine

 

COURONNE DE PÂQUES AUX EPICES

 

35 g de margarine ou beurre

225 g de sucre

1 c. à café de bicarbonate de soude

30 cl de soupe aux tomates concentrée                     livre-et-tablier.JPG

300 g de farine tout usage

1 c. à café de cannelle moulue

1 c. à café de macis moulu (le macis, également appelé "fleur de muscade" est l'épice obtenue à partir du tégument de la noix de muscade. C'est la fine couche entourant la noix de muscade)

1 c. à café de noix de muscade moulue

1 c. à café de clou de girofle moulu

180 g de raisins secs ou d'écorces de fruits confits.

 

Glaçage à l'orange

 

50 g de beurre ou de margarine

1/4 c. à café de sel

225 g de sucre glace (extra-fin)

6 cl de jus d'orange concentré

 

 

Préchauffer le four à 160°.

Réduire le beurre ou la margarine en crème avec le sucre. Délayer le bicarbonate de soude dans la soupe. Tamiser la farine avec les épices et bien mélanger à la margarine ou au beurre en crème. Bien combiner le tout. Ajouter la soupe et les raisins (ou les écorces confites). Bien mélanger le tout.

Cuire au four pendant 35 minutes dans un moule à cheminée de 25 cm. Démouler et laisser refroidir.

 

Préparation du glaçage.

 

Réduire le beurre ou la margarine en crème, ajouter le sel et un peu de sucre et bien malaxer le tout. Ajouter le sucre et le jus d'orange en alternance, par petites portions, en mélangeant le tout jusqu'à ce que la glace ait une consistance parfaite pour être étalée.

Glacer le gâteau et, lorsque le glaçage est durci, creuser un trou en son centre et y déposer une bougie.

 

Joyeuses fêtes de Pâques !

 

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 08:37

Nous avons pensé agneau avec les recettes d'Ildegarde de Bingen, il faudrait peut-être l'accompagner cet agneau !

 

Oui, bien sûr les flageolets ?! Mais on peut autre chose !

D'abord pour les enfants je vous conseille de prévoir quand même un autre menu ( des frites avec des frites ou des frites avec du steak...succès garanti !)

Peu d'enfants aiment l'agneau, faites goûter mais pas les dégoûter !

 

Je vous propose donc avec cet agneau du brocoli. On en trouve en ce moment assez facilement.

 

GRATIN DE BROCOLI

 

Pour 6 personnes

 

3 brocolis moyens, nettoyés

7 grosses pommes de terre pelées

Huile d'olive en quantité suffisante                                                brocoli---pdet.JPG

1 oignon émincé

5 gousses d'ail, pelées et hachées finement

0,5 l de crème

Sel et poivre au goût

Pincée de noix de muscade, râpée

Beurre en quantité suffisante

Fromage à pâte ferme au choix, râpé

 

Faire cuire les brocolis et les pommes de terre dans de l'eau bouillante, jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Les égoutter, les hacher grossièrement et les réduire en purée.

Verser un peu d'huile d'olive dans un poêlon, y ajouter l'oignon et le faire revenir à feu modéré pendant 1 minute 30 à 2 minutes. Ajouter ensuite l'ail, bien remuer et retirer le poêlon du feu.

Mettre la purée de brocoli et de pommes de terre dans un saladier profond. Ajouter le mélange d'oignon et d'ail, la crème, le sel, le poivre, la noix muscade et bien mélanger le tout.

Beurrer soigneusement un long plat à gratin et en parsemer généreusement toute sa surface de fromage râpé. Bien y tasser les légumes à la crème et lisser le dessus.

Parsemer de formage râpé et cuire au four à 180° environ 30 minutes. Servir chaud.

 

 

  On s'régale ?!

 

 

Partager cet article

Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 09:53

On a dit cuisine simple et naturelle !

Allez, on retrousse les manches, on invite sa famille (même ceux qu'on aime pas, si si, il y a un dicton qui n'est pas de moi qui dit "on ne choisit pas sa famille, on choisit ses amis..".

A méditer !

 

Je vous offre 2 recettes d'agneau tirée de l'excellent livre d' Hildegarde de Bingen "Les recettes de la Joie"

 

Petit rappel : Hildegarde de Bingen est née le 16 septembre 1098 à Bermersheim vor der Höhe près de Alzey (Hesse Rhénane) et morte le 17 septembre 1179 à Rupertsberg (près de Bingen). Religieuse bénédictine mystique, compositrice et femme de lettres franconienne du XIIème siècle. Elle devrait être déclarée docteur de l'Eglise par le Pape Benoit XVI, et deviendrait ainsi la première personne à recevoir ce titre sans avoir été canonisée.

Elle laisse derrière elle des livres de recettes avec des explications intéressantes sur les aliments à éviter qui provoquent tristesse, dépression, mal de vivre (entre autres !)

 

CARRE D'AGNEAU AU THYM

 

800g d'agneau (pour 4 personnes)

Huile, thym

Galenga, sel, poivre

( Attention : galenga = aphrodisiaque. Rhizome aromatique qui s'utilise en cuisine comme le gingembre pour aromatiser les plats. C'est aussi une plante médicinale. On la trouve dans des épiceries asiatiques.)

 

Faire revenir 800 g de carré d'agneau dans de l'huile sur toutes ses faces. Tapisser ensuite le fond du panier d'un couscoussier de branches de thym ( ou de romarin) et déposer dessus la viande ainsi revenue avec du sel, du poivre et 1/2 c. à café de galanga. Mettre à cuire à la vapeur une vingtaine de minutes.

Servir avec un gratin de courgettes.

 

Alors simple ou pas simple ?!

 

CURRY D' AGNEAU

 

800 g d'épaule désossée

2 gros oignons

5 cl de vin blanc

1 c. à soupe de curry

1 c. à café de 4 épices

3 verres de décoction d'épeautre

 

Faites dorer la viande, ajoutez les oignons. Ajoutez le curry et les 4 épices et faites revenir doucement quelques minutes. Déglacez au vin blanc, laissez réduire 3 ou 4 mn. Ajoutez la décoction d'épeautre.

Vérifiez l'assaisonnement.

Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter 1 heure à feu doux.

 

 

Régalez-vous et bonnes fêtes de PÂQUES !

 

  link

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Dans les Cuisines des Monastères
  • : Retrouver une cuisine simple avec des produits du jardin telle qu'on la concevait dans les monastères et les abbayes. Différents produits de notre alimentation sont dus, à l'origine, à des moines ou des moniales, nous les partagerons sur ce blog.
  • Contact

Profil

  • Martine Varlet
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site 
http://jardins-monasteres.com
Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site http://jardins-monasteres.com Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente

Recherche

Archives

Recettes De Noël