750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 08:33

Nous n'oublierons pas le 26 mai, le jour où nous rendons hommage à nos mamans.

 

Je pense que nous avons tous ressenti, à un moment où à un autre( surtout pendant l'adolescence) l'envie de les quitter, de ne pas être né d'elles.

  

Leurs recommandations et leurs remontrances, nous empêchaient (croyions-nous) de "vivre".

Vivre quoi ? Nous n'en savions rien mais nous ne voulions surtout pas leur ressembler.

  

En fait, sans le savoir, nous coupions enfin le cordon qui nous reliait à elles.

  

Vous avez des mères castratrices, des mères indifférentes, des mères démoniaques, des mères dévastatrices, des mères possessives même pour leurs enfants majeurs. Des mères destructrices.

  

Vous avez également des enfants qui n'ont pas eu la chance d'avoir leur mère auprès d'eux dès leur naissance. Je pense à ma mère, bébé abandonné à 8 jours et "offert" à la nation.

 

Non, les enfants ne naissent pas égaux.

  

La chance d'avoir une mère nourricière aimante a donné à la mienne un mental d'acier (mais peut-être cela vient-il aussi des gènes qu'elle possède ?!)

Elle a pu nous a aimer avec beaucoup de liberté et de confiance. Ne jamais flancher, garder sa dignité dans toutes circonstances même quand elle a elle-même perdu un enfant, son fils, mon frère.

Ses valeurs elle les a obtenu grâce à cette femme qui lui a donné, de ses quelques semaines à ses 14 ans, un amour de maman que celle-ci partageait certes avec d'autres enfants placés et les siens propres, mais c'était un amour quand-même.

  

Ce n'était certes peut-être pas le même amour que l'on donne aux nôtres ( biologiquement parlant) mais ma mère n'a pas souffert d'un manque. Et c'est le plus important.

  

Tout enfant abandonné n'a pas forcément connu le même bonheur.

  

J'ai lu récemment quelques mots laissés par de grands hommes adressés à leur maman et je suis heureuse de vous en faire profiter.

(Extrait de " L'amour des mères" de Helen Exley)

 

                                                        mere-et-enfant-renoir.JPG

  

....Je puisais surtout l'âme de ma mère, je lisais à travers ses yeux, je sentais à travers ses impressions, j'aimais à travers son amour, elle me traduisait tout : nature,sentiment,sensations, pensées. Sans elle, je n'aurais rien su  épeler de la création que j'avais sous les yeux; mais elle me mettait le doigt sur toute chose. Son âme était si lumineuse, si colorée et si chaude, qu'elle ne laissait de ténèbres et de froid sur rien. En me faisant peu à peu tout comprendre, elle me faisait en même temps tout aimer.

 

LAMARTINE ( 1790-1869) Confidences

 

Je n'oublierai jamais ma mère, car c'est elle qui a planté et fait grandir en moi les premières semences du Bien. Elle m'a ouvert le coeur au spectacle de la nature. Elle a éveillé mon intelligence des choses et élargit mon horizon : ses conseils ont eu une influence durable dans ma vie.

 

EMMANUEL KANT (1724- 1804)

 

Ils se retournaient toujours avant de dépasser l'angle de la rue, car leur mère était à la fenêtre, hochant la tête, souriant et agitant la main vers eux. C'était comme si, sans cela, ils n'auraient pas eu une bonne journée. Ce dernier regard vers le visage maternel les touchait au fond du coeur, comme un rayon de soleil.

  

LOUISA MAY ALCOTT ( 1832- 1888) (Ce message me parle particulièrement)

 

Il est une observation que chacun peut faire dans sa vie : c'est le respect et l'adoration qu'ont, pour leurs parents, les hommes de grande valeur. Souvent la vie les a élevés bien au-dessus de la condition de leur enfance (...) Rien n'est émouvant, comme de voir un homme fort, remarquable, apprécié pour son talent, redouté par sa puissance, s'incliner devant une petite vieille, l'embrasser et lui dire "maman".

 

CHARLES WAGNER

L'amour de ma mère pour moi était si grand que j'ai travaillé dur pour le justifier.

 

MARC CHAGALL (1889- 1985) juste avant son 90ème anniversaire

 

La dernière s'adresse à mes enfants devenus trop grands pour les prendre sur mes genoux, pour essuyer leurs larmes et leur apporter de la magie.

 

Si je pouvais porter ton fardeau, je le ferais. Si l'argent pouvait acheter des solutions ou ma proximité t'éviter les coups, ils seraient près de toi. Cela me fait mal de ne pas t'aider, de savoir que trop de sollicitude ne peut que nuire à ta croissance. Je serai toujours là pour toi. J'espère que tu le sais, mais tu es libre, tu dois t'épanouir en t'émancipant de moi.

 

HELEN EXLEY

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Dans les Cuisines des Monastères
  • : Retrouver une cuisine simple avec des produits du jardin telle qu'on la concevait dans les monastères et les abbayes. Différents produits de notre alimentation sont dus, à l'origine, à des moines ou des moniales, nous les partagerons sur ce blog.
  • Contact

Profil

  • Martine Varlet
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site 
http://jardins-monasteres.com
Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site http://jardins-monasteres.com Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente

Recherche

Archives

Recettes De Noël