750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:20

 

link Dans les Jardins des Monastères...

 

Amoureusement entretenu, il est un lieu vital pour la communauté puisqu'elle tire en partie de lui sa subsistance mais en même temps, il révèle toute la méticulosité des moines dans le travail car cultiver le jardin, c'est rendre hommage au Créateur pour les choses comestibles qu'il a accordées aux hommes.

 

L'espace jardiné est en général quadripartite :

 

  1. Le carré des plantes médicinales ou aromatiques (herbularius). Y sont cultivées selon les régions (climat et nature des terres) le basilic, le cerfeuil, la ciboulette, la sauge, l'aneth, la sarriette, le thym, le persil, la moutarde, la menthe, l'angélique, le romarin, l'hysope, la barbotine, l'arnica, la guimauve, le millepertuis. On les emploie en cuisine mais également pour soigner les malades de l'hôpital.
  2. Le vergier où poussent des arbres dont les fruits parfument les pâtisseries du couvent (pommiers, poiriers, néfliers,amandiers, noisetiers, pêchers, pruniers, citronniers, oliviers, cerisiers, grenadiers, orangers, cognassiers, fraisiers, mûriers, abricotiers, noyers) D'autres fruits comme la châtaigne sont connus au XIIème ou XIIIème siècle mais sont délaissés par les frères car ils ne sont pas produits par le travail mais seulement ramassés. ( De nos jours, les produits sont fabriqués même avec des fruits ramassés)
  3. Le potager (hortus) où poussent les salades (laitue, romaine, pourpier, chicorée, roquette, cresson), asperges, oignons, carottes (appelées girouilles au Moyen Age), céleri, fenoui, raifort, navets, courges, citrouilles, betteraves, cardons, porées ou poireaux, choux, raves, concombres, oseille, épinards, fèves, pois, lentilles.
  4. Le jardin bouquetier qui produit des fleurs dont on se sert pour agrémenter les chapelles du monastère ou pour décorer le sol du réfectoire l'été afin de lui donner quelque fraîcheur.

Outre le jardin, le vivier était au centre de la production des choses de la table. Car le poisson, en particulier le hareng, remplace la viande par temps de carême. Très tôt, les moines ont appris à conserver au sel anchois, congre, morue, sardine. D'où la valeur hautement symbolique du sel compris comme élément protecteur.

La plupart des grands monastères étaient aussi équipés d'un abattoir et de dépendances pour conserver viandes et charcuteries.

 

Merci à Pierrette Chalendar pour son livre "La cuisine des couvents et des Monastères" sans qui, je n'aurais pu mener à bien ces descriptifs concernant les cuisines des monastères.jardin-de-cure.jpg

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Dans les Cuisines des Monastères
  • : Retrouver une cuisine simple avec des produits du jardin telle qu'on la concevait dans les monastères et les abbayes. Différents produits de notre alimentation sont dus, à l'origine, à des moines ou des moniales, nous les partagerons sur ce blog.
  • Contact

Profil

  • Martine Varlet
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site 
http://jardins-monasteres.com
Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site http://jardins-monasteres.com Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente

Recherche

Archives

Recettes De Noël