750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 16:26

Voici la suite promise pour fêter dignement nos mamans.

 

C'est donc en 1765 que le 1er "restaurant" voit le jour.

Un certain Boulanger marchand de bouillon au 1 rue des poulies (aujourd'hui rue du Louvre) se rend célèbre pour sont pot-au-feu.

 

Une ordonnance lui permet l'années suivante, de servir des crèmes, des potages, des oeufs, du macaroni, du chapon au gros sel, de la confiture.

 

Sur la porte se lisait cette application d'un passage de l'Evangile : "Venite ad me omnes qui stomacho laboratis et ego restaurabo vos" (Venez tous à moi, vous dont l'estomac crie misère, et je vous restaurerai).

 

N'appartenant pas à la corporation des traiteurs (qui pouvaient vendre sauce, plats et ragoûts), il n'avait pas le droit de proposer à ses clients, outre des consommations, que des "bouillons restaurants".

 

En 1791, l'Assemblée nationale supprime les privilèges et les corporations, permettant ainsi une libre entreprise dans la restauration.

 

A Lutèce, et ensuite à Paris, nous trouvons dès le Moyen Âge, des plats servis pour les gens de passage. On sert des soupes, des bouillies au petit lait et à la farine de seigle, des pots au feu, des potées.

 

La Taille , en 1292, cite 21 cuisiniers et 3 öiers, plus 23 queux qui sont les cuisiniers des couvents ou des grandes maisons.

On sert aussi des viandes bouillies, des "rôties" de boeufs, de veaux, de moutons, de porcs, d'agneaux, de chevreaux, de pigeons, de chapons et surtout d'oies dont les Parisiens se montraient friands.

 

Les rôtisseurs et les pâtissiers du XVIème siècle,cuisine au moyen age en moins d'une heure, vous arrangeaient un dîner, un souper pour dix, pour vingt, pour cent personnes.

 

C'est le début de la restauration payante dans la rue. On accommode des viandes accompagnées de sauces faites par des sauciers. Elles sont faites avec beaucoup d'épices et portent les noms de "jaunette", "paresseuses", "madame cameline", "dodine",  "poitevine", la plus connue d'entre elles étant la "sauce verte" déjà célébrée par Rabelais.

 

Dans le repas à la française au 17 ème siècle, vous avez 3 services :

Le 1er contient potages et poissons

Le 2ème étale largement les "entrées", mot désignant plat de résistance

Le 3ème service voit comparaître les entremets et les desserts

 

Quand aux hors d'oeuvres, il figurent du début à la fin, ils ne constituent pas un préambule fugace mais un accompagnement perpétuel.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Dans les Cuisines des Monastères
  • : Retrouver une cuisine simple avec des produits du jardin telle qu'on la concevait dans les monastères et les abbayes. Différents produits de notre alimentation sont dus, à l'origine, à des moines ou des moniales, nous les partagerons sur ce blog.
  • Contact

Profil

  • Martine Varlet
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site 
http://jardins-monasteres.com
Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente
  • Dans les cuisines des monastères était une nécessité après la création du site http://jardins-monasteres.com Une complémentarité pour expliquer la qualité des produits mis en vente

Recherche

Archives

Recettes De Noël